Correspondances

Le projet « Correspondances »

Saisir ces étranges instants de flottement au milieu de l’agitation d’une gare, lorsque le voyage s’interrompt momentanément mais que chacun autour poursuit sa destinée

Le voyage est une source inépuisable d’inspiration photographique…
La vitesse à laquelle les vues se succèdent et le mouvement perpétuel de la vie urbaine font de chaque voyage une expérience.

Prendre des photos des scènes et des personnes à travers les vitres permet de mettre une certaine distanciation entre la perception et la réalité. Les différents angles et les reflets produisent une variété de perspectives différentes comme à travers un prisme.

J’explore les environnements souvent méconnus des gares, afin de s’immerger dans un monde d’architecture et d’humanité pour sublimer l’esthétisme et la complexité de ces lieux.

Je saisie des scènes qui sont à la fois intemporelles et éphémères, en espérant que ses images permettront aux spectateurs de s’immerger dans un autre monde et de partager la même expérience. Je cherche à capturer des ambiances, des instants fugaces, des atmosphères et des compositions esthétiques qui jouent avec des éléments comme la lumière, l’ombre, l’obscurité, les visages anonymes, et les mouvements des voyageurs.

Le voyageur, spectateur, se presse contre la vitre, comme s’il cherchait à s’évader vers un autre univers. L’angle de vue offre une vision inattendue de la réalité. La distance qui se crée le sépare de toute la vie à l’extérieur. Les lieux, même vides, sont encore imprégnés de la présence des voyageurs passés.

La fenêtre du train, angle inattendu, nous conforte dans une ambiance intimiste et close, presque oppressante mais sécurisante. Les détails révélés par les reflets renforcent l’impression d’une saisie éphémère de l’instant.

error: Contenu protégé.